Vous êtes ici : Accueil / Diffusion de la recherche / FAQ du site du LMD / Divers / Tornades, cyclones

Tornades, cyclones

Je recherche des informations concernant les tornades, cyclones.

Ouvrages de base :

  1. Consulter la librairie de MétéoFrance http://www.meteofrance.com/FR/pedagogie/librairie/index.jsp par exemple: "Le point sur les cyclones tropicaux" Météo-France, Connaissance de la météorologie n°5, Paris - 1996 - 24 p.

  2. ANTHES R.A. : Tropical Cyclones, their evolution, structures and effects

  3. KESSLER P. : Thunderstorm morphology and dynamis. University of Oklahoma Press, 1986

  4. COTTON WR and ANTHES R.A. : Storma and Cloud Dynamics. Academic Press, 89

  5. Le hors-série de Pour la Science "L'Atmosphère", Juin 1996

  6. La revue du Palais de la découverte, volume 26, numéro 256, mars 1998,
    "Tempêtes Tropicales et Ouragans" de Michel Hontarrède et France-Line Galli, p 29-42

Les sites Web:

Pour des raisons évidentes, ces sites, et les articles et livres donnés en référence, traitent surtout des cyclones du secteur Atlantique-Caraïbes (avec quelques sources sur les cyclones qui affectent Hawaii).

Pour les autres secteurs, notez les catastrophes survenues au Bangladesh (mais on arrive mieux aujourd'hui à alerter la population qu'en 1970), et récemment dans l'état d'Orissa de l'Inde.

Pour le secteur qui va du Pacifique au Golfe Persique, la marine américaine maintient un site partiellement public qui contient des informations intéressantes :
http://www.yoko.npmoc.navy.mil/

Le problème de la modélisation numérique déterministe: pour suivre le développement et le déplacement d'un cyclone, il faut une maille assez fine : 20 km ou plus petite; mais en même temps le phénomène s'étend sur des centaines de km, voire 1000 ou plus. Et la représentation des processus de condensation - donc de dégagement de chaleur latente - reste délicate.

En ordre de grandeur, l'énergie dégagée dans le cyclone peut être estimée en considérant justement la chaleur latente de condensation qui correspond au total des précipitations. Alors si on suppose assez de condensation pour faire pleuvoir 1 mètre d'eau sur 10.000 km carrés en 5 jours, animant des vents puissant au passage - ça fait pas mal de joules - ou de Watts pendant ces 430.000 secondes.