Vous êtes ici : Accueil / Recherche / Thèses / Resume / MOUNIER

MOUNIER


Flore Mounier

"La variabilité intra-saisonnière de la mousson de l'Afrique de l'Ouest et
Centrale".

Le jeudi 24 novembre à 14 heures dans l'amphithéâtre
Becquerel, Ecole Polytechnique, Palaiseau 

devant le jury composé de :
Dr. Michel Desbois (LMD, Palaiseau),  co-directeur de thèse
Dr. Jean-Philippe Duvel (LMD, Paris), rapporteur
Pr. Pierre De Felice (LMD, Palaiseau), examinateur
Dr. Bernard Fontaine (CRC, Dijon), rapporteur
Dr. Serge Janicot (LOCEAN, Paris), co-directeur de thèse
Dr. George Kiladis (Laboratoire d'Aéronomie, Boulder, Colorado, USA),
examinateur
Dr. Jean-Francois Royer (Météo-France, Toulouse), rapporteur

____________________________________________________________
Résumé :
La compréhension du climat des régions tropicales ainsi que la capacité à le
prévoir reste un enjeu socio-économique majeur. Un grand nombre d'études ont
déjà permis une analyse approfondie du système de la Mousson Ouest Africaine
(MOA) et de ces étapes clés. Certaines ont aussi mis en lumière des
fluctuations intra-saisonnières autour de 15 et 40 jours ayant  des impacts
évidents sur le rendement agronomique. Dans le cadre du projet AMMA (Analyse
Multidisciplinaire de la Mousson Africaine), ce travail de thèse s'est
concentré sur la caractérisation des événements qui structurent et modulent
la variabilité intra-saisonnière de la MOA.
A partir de l'analyse statistique de traceurs de la convection et de
paramètres d'identification de la circulation atmosphérique associés, des
modes de variabilité dans deux échelles de variabilité intra-saisonnière (15
et 40 jours de périodicité) ont pu être isolés et documentés. Deux modes
dominent un premier sur la zone guinéenne et un second sur la zone
sahélienne.
L'évolution de ces modes ainsi que la circulation atmosphérique qui leur est
associée ont mis en exergue le caractère propagatif de ceux-ci. Cela a rendu
nécessaire, l'analyse du lien de ces modes avec les ondes équatoriales
décrites par le modèle en eau peu profonde de Matsuno. Des analyses sur des
données filtrées par catégorie d'ondes ont détaillé l'amplitude et la période
d'activité de ces ondes et ont souligné la significativité de la modulation
de la convection par celles-ci pendant la MOA pour les ondes: de Kelvin
(périodicité autour de 6 jours), de Rossby (périodicité autour de 20 jours)
et hors des solutions du modèle pour les ondes d'Est (périodicité 4 jours) et
le signal de MJO (Madden-Julian Oscillation) (périodicité autour de 40 jours).
La modulation par les ondes de Kelvin s'est révélée, dans cette analyse,
d'amplitude équivalente à celle  par les ondes d'Est pendant la MOA.
Le lien et les interactions entre ces ondes et les modes de la variabilité
intra-saisonnière ont ensuite été évalués. Des liens ont ainsi été établis
entre les ondes de Kelvin et le mode "guinéen", les ondes de Rossby et le
mode "sahélien" et le mode à 40 jours et le signal de MJO.


Recherche