Vous êtes ici : Accueil / Recherche / Thèses / Resume / GUEYE

GUEYE


 soutenance le 2 février 2015, à Dakar

 Le titre de sa thèse
   Modélisation des couplages entre les aérosols désertiques et le climat ouest africain

Le nom des directeurs de thèse
  M. DUFRESNE Jean-Louis, M. GAYE Amadou Thierno


Résumé :
Nous avons introduit, dans cette thèse, une représentation physique du
soulèvement des poussières désertiques sur le Sahara, basée sur les
travaux de Marticorena and Bergametti (1995) pour le calcul du flux
horizontal des poussières et de Alfaro and Gomes (2001) pour le calcul
du flux vertical de poussières optimisé par Menut et al. (2005). Pour
valider le calcul du soulèvement de poussières dans le modèle LMDZ, nous
avons utilisé la version ”Chimere-dust” du modèle de chimie-transport
Chimere. Les vents horizontaux des réanalyses ERA-I sont également
utilisés pour guider le modèle LMDZ. L’ émission dépend de façon très
non linéaire des tensions de vent en surface. Des simulations menées
avec les versions ”physique standard” LMDZ5A et nouvelle physique LMDZ5B
du modèle basée sur des développement récents des paramétrisations de la
couche limite convective et de la convection nuageuse. Cette dernière
version améliore la représentation du cycle diurne du vent par rapport
aux réanalyses utilisées pour le guidage. Le cycle diurne du vent dans
les observations et dans les simulations LMDZ montre un maximum marqué
en fin de matinée. L'impact sur le soulèvement des poussières de la
meilleure représentation du cycle diurne dans la « Nouvelle Physique »
se traduit par un accroissement des émissions d'un facteur 2 à 3, venant
confirmer l'importance des émissions matinales de poussières dans cette
région du globe. La version LMDZ5B inclut également une paramétrisation
des poches froides ou courant de densité créés sous les par
ré-évaporation des pluies. Ces courants de densité sont connus pour
contribuer largement au soulèvement des poussières au Sahel et au Sahara
en période de mousson, au travers de la formation de haboobs. On montre
ici comment une prise en compte relativement simple des bourrasques de
vents associées aux poches dans le modèle au travers de la « Available
Lifting Energy ») permet d'augmenter de façon le soulèvement de
poussières, et de réconcilier le cycle saisonnier des simulations des
concentrations de surface de la poussières et des épaisseurs optiques
(sensibles elles à la colonne intégrée) avec les observations.

Recherche