Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Actualités scientifiques / 3 octobre 2016 – L'origine du glacier d'azote sur Pluton expliquée par Tanguy Bertrand (doctorant) et François Forget (chercheur) du LMD

3 octobre 2016 – L'origine du glacier d'azote sur Pluton expliquée par Tanguy Bertrand (doctorant) et François Forget (chercheur) du LMD

3 octobre 2016 – L'origine du glacier d'azote sur Pluton expliquée par Tanguy Bertrand (doctorant) et François Forget (chercheur) du LMD

Pluton (en fausses couleurs) observée par New Horizons en juillet 2015

En juillet 2015, la sonde New Horizons de la NASA survolait Pluton et fascinait le monde entier en révélant une surface inédite dans le système solaire, couverte en grande partie de glace d'azote, de méthane et de monoxyde de carbone. Au cœur de l'hémisphère observé par la sonde, un colossal glacier d'azote semble avoir sculpté les montagnes escarpées qui l'entourent. Étrangement, il est situé sous les tropiques, au fond d'un vaste bassin topographique appelé Sputnik Planum. Quelle est son origine ? Il avait auparavant été suggéré que le glacier pourrait être un réservoir d'azote connecté à une source interne. Grâce à des simulations numériques de l'environnement plutonien basées sur quelques équations physiques fondamentales, deux chercheurs du Laboratoire de Météorologie Dynamique (CNRS/École polytechnique/UPMC/ENS) apportent une nouvelle réponse à cette question. Ils montrent que l'insolation sur Pluton et la nature de son atmosphère favorisent la condensation d'azote près de l'équateur, dans les régions de basse altitude, entrainant une accumulation inévitable de la glace au fond de Sputnik Planum. Les simulations permettent aussi d'expliquer la distribution particulière des autres glaces observées sur Pluton, ainsi que leur abondance dans l'atmosphère. Les résultats de cette étude sont publiés dans Nature, le 19 septembre 2016. Légende de l'image : Pluton (en fausses couleurs) observée par New Horizons en juillet 2015. Au centre de l'image, la calotte de glace de « Sputnik Planum », est entourée de montagnes. Ailleurs, la surface est recouverte de givre de méthane, excepté à l'équateur, où les zones sombres sont couvertes de matières organiques issues de la photochimie du méthane exposée au rayonnement ultraviolet du Soleil. © NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute./ Communiqué de presse du CNRS : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4699.htm